Les Draghars de Bane Khronus

De Warhammer - Age of Sigmar - Lexicanum

Les Draghars sont une tribu sanguinaire. Ce sont d'authentiques barbares, dont les rituels et les pratiques sauvages donnent la nausée. Ils prétendent être originaires d'un pays situé au nord de celui des Kuls, mais aucune informations n'en parle. Si l'on part du principe que plus on va vers le nord, plus les guerriers que l'on croise sont inquiétants et dérangés, les Draghars doivent venir du point le plus septentrional qui soit.

D'apparence, les Draghars sont semblables aux autres Kurgans car ils ont la peau sombre et le cheveu noir, mais il est impossible de s'en rendre compte: avant la bataille, ils se livrent à des rites impies pour attirer l'attention de leur dieu. Il vénèrent un certain Arhkar, une divinité glorifiant le massacre et la collection de têtes coupées. En ce sens, ce dieu en évoque des dizaines d'autres qui semblent partager un goût prononcé pour la tuerie, mais il est difficile de savoir s'il s'agit de différents noms du même être, ou des entités distinctes.

Avant la bataille, le sang doit couler. Il peu s'agir du propre sang du guerrier, de celui d'un esclave ou d'un autre membre de la tribu, mais chaque combattant doit ensanglanter ses armes en l'honneur de son dieu. Après quoi, les Draghars couvrent leurs barbes et leurs cheveux d'un mélange répugnant de chaux, de sang et de graisse pour leur donner un aspect hérissé et hirsute. Une fois cette mixture sèche et figée, leurs contenance est des plus terrifiantes! Comme si cela ne suffisait pas, les Draghars percent souvent leur chair avec des lames ou des aiguilles, et laissent généralement linstrument enfoncé dans la plaie, ce qui leur permet de ne jamais être vraiment désarmés. Même si de nombreuses autres cultures se livrent à ce genre de pratique (dans le Vieux Monde, il est courant de se percer les oreilles), les Draghars sont animés d'une grande créativité lorsqu'il s'agit d'automutilation. De fait, le moindre de leurs guerrier est ainsi percé en de mutliples endroits.

Lors de grands rituels avant une bataille, les Draghars ingèrent une racine aux propriétés hallucinogèes (appelée Coeur-de-sang), qu'ils mâchent jusqu'à ce que leurs dents et leurs lèvres soient tâchées d'écarlate. Ils sont alors pris de visions, et nombreux sont ceux qui prétendent voir leur dieu les observer. Les prêtres de la tribu vont alors d'un guerrier comateux à un autre, et c'est à ce moment qu'ils leur appliquent des tatouages primitifs. Il est à noter que les effets de la drogue doivent ici prendre toute leur importance, car les méthodes utilisées doivent être douloureuses au possible.



L'idée générale derrière cet ensemble de rites - le traitement des cheveux, l'ingestion de Coeur-de-sang et les tatouages - semblent être d'attirer l'attention de leur dieu. Plus un guerrier est tatoués et plus ses cheveux sont vifs, plus il est facile pour la divinité de le repérer au coeur d'une bataille. En retour, plus le guerrier avale de Coeur-de-sang, et plus il a de chances d'apercevoir son dieu.