Alchimie

De Warhammer - Age of Sigmar - Lexicanum

DESCRIPTION

Les alchimistes mélangent la magie et la chimie pour créer des effets qu'il serait presque impossible de réaliser avec la magie seule. Pour eux, magie et chimie sont inextricablement liées, et elles émanent du même processus. Quand ils utilisent un élément, ils sont souvent incapables de dire s'il intervient comme un composant de sort ou juste à titre de réactif chimique. Ils tendent à se comporter en scientifique pratique, estimant que la magie est une force scientifique comme les autres. Les alchimistes sont prêts à apprendre toute forme de magie qui leur est accessible, en plus de leurs sorts spécialisés.

Alchimie.jpg

Les alchimistes commencent par l'apprentissage, tout comme les sorciers. Quand ils sont prêts, ils vont poursuivre leur carrière dans une des universités. Dans la plupart des universités de l'Empire, l'alchimie est considérée comme un sujet sérieux et légitime. De plus, presque tous les collèges magiques de l'Empire enseignent cette matière, même si c'est rarement de manière approfondie, et cela, parce que les alchimistes sont des philosophes qui tentent, à travers la magie, de découvrir les secrets du monde naturel. Rudiments d'Alchimie est le livre de référence de toutes les universités, et cet ouvrage représente la base des connaissances de presque tous les alchimistes.

Il existe une différence importante entre les alchimistes et la plupart des autres magiciens du monde: la façon dont la population les considère. Comme leurs travaux magiques se font derrière des portes closes et qu'ils produisent non pas des effets mais des substances - souvent des substances non magiques aux usages pratiques - ils éveillent moins de peurs et de haine que leurs collègues d'autres spécialités. Les gens pensent aussi - à raison - qu'ils risquent moins d'être contaminés par le Chaos. Malgré tout, les alchimistes ne sont généralement pas très appréciés, et peu de gens choisiraient librement de vivre à côté d'un de leurs laboratoires, en raison des odeurs étranges et des explosions occasionnelles; en tout cas, ils sont moins susceptibles d'être surveillés par les répurgateurs, Templiers et autres individus soupçonneux.

ÉTUDE DE L'ALCHIMIE

Comme la plupart des formes de magie, l'alchimie est enseignée par un système d'apprentissage. Toutefois, en raison de la nature intensive de la recherche alchimique, un maître peut souvent s'occuper de plusieurs apprentis en même temps. Cela entraîne parfois des situations où les étudiants les plus doués bénéficient de l'enseignement du maître, tandis que les moins compétents passent leur temps à gratter le matériel de verre taché, à concasser des minerais pour la distillation suivante et à exprimer leur ressentiment en marmonnant tout bas. Selon le maître et les élèves, l'apprentissage peut durer de deux à vingt ans.

Les alchimistes qui restent dans le monde de la recherche passent leur temps à enseigner et à étudier, comme n'importe quel autre universitaire. Ils ne se salissent pas les mains en recommençant le même processus encore et encore pour produire des composants utiles - en cas de besoin, ils laissent ces tâches à leurs apprentis. Ils préfèrent réserver leurs expériences à la confirmation de leurs théories.

Pour conserver un rôle actif et respecté dans leur communauté, les alchimistes doivent se livrer à de nouvelles recherches et tenir leurs collègues informés de ce qu'ils découvrent en rédigeant des articles ou des livres. Parfois, la publication d'une théorie entraîne une grande controverse. Un alchimiste de Nuln peut écrire un article dans lequel il affirme avoir découvert un nouveau composé, et un confrère d'Altdorf répondra par le même biais, pour réfuter cette revendication en déclarant qu'il s'agit simplement d'un alun de potassium, fabriqué d'une nouvelle manière. Puis un alchimiste de Carroburg va signaler que le nouveau composé possède des propriétés ignifugeantes qui n'avaient pas été remarquées jusque-là. Et quelque chose d'utile sortira finalement de cette découverte.

Les alchimistes se réunissent régulièrement en séminaire, généralement dans une des universités ; c'est l'occasion de faire des lectures des articles récents et de discuter des théories et des découvertes nouvelles. Il peut y avoir de graves disputes sur la nature exacte et les implications des découvertes, le nombre et la forme des alambics nécessaires ou pour déterminer si tous les métaux sont vraiment composés d'un mélange de soufre et de mercure dans des proportions variables. La communauté universitaire est systématiquement divisée par au moins trois sujets, et l'opinion qu'en a une personne détermine souvent si un autre alchimiste accepte de simplement lui parler.

Certains alchimistes excentriques préfèrent s'installer dans leur coin pour travailler et étudier sans être supervisés par un mécène ou une université. Ils affirment presque toujours être juste motivés par le seul désir de développer leurs connaissances, et leur dégoût des rivalités dans les structures organisées. C'est vraiment le cas pour certains; les autres travaillent seuls et ne font pas de publication parce qu'ils veulent garder pour eux leurs découvertes, préférant parfois que leurs collègues ignorent le thème de leurs études. Ces solitaires peuvent perdre contact avec leurs confrères, ne publiant jamais rien, ne répondant ni articles des autres ni aux convocations. Certains sont tellement plongés dans leurs recherches qu'ils deviennent un peu fous, mais on peut dire la même chose de tous les savants, ceux qui sont versés dans la magie en particulier.

L'ALCHIMISTE

De nombreux alchimistes en activité s'aperçoivent qu'il existe un marché lucratif: la préparation de composés destinés à la vente, et se laissent distraire de leurs études. Une fois qu'ils ont pris cette voie, leurs laboratoires ressemblent plus à des "usines" qu'à des lieux de recherche, et ils se désintéressent généralement du noble but qu'est la découverte de la nature de l'univers physique. Souvent, ces alchimistes travaillent à plein temps pour un employeur. Il peut aussi bien s'agir d'une personne que d'une organisation.

Ces alchimistes loueront hypocritement le principe de l'expérimentation et de la découverte, mais préfèrent gagner leur vie en surveillant le centre de production de leur commanditaire - fabrication de poudre à canon d'explosifs militaires, collaboration avec des métallurgistes pour le raffinage des minerais et la création de nouveaux alliages, composition d'élixirs destinés à la vente ou création de produits chimiques destinés à l'usage domestique. Ces alchimistes travailleurs, les plus courants, sont méprisés par leurs collègues plus intellectuels.

Certains alchimistes se laissent entraîner dans des organisations plus sinistres, distillant des narcotiques puissants, des drogues et des poisons pour des maîtres clandestins. Quelques-uns se présentent comme alchimistes producteurs, mais ce n'est alors qu'une façade derrière laquelle ils poursuivent des recherches secrètes, sachant que leurs collègues ont cessé de les prendre au sérieux. Il ne sort généralement rien de bon de ce type de recherche.

Des alchimistes sont embauchés par de riches nobles espérant profiter des fruits de leurs recherches. Ces employeurs leur construisent des laboratoires et financent leurs expériences dans l'espoir d'obtenir des richesses ou la vie éternelle. Parfois, les relations entre ces deux personnes dureront des années. Dans d'autres cas, le gentilhomme perdra patience - toujours, selon l'alchimiste, alors qu'il était à deux doigts de réussir. De bonnes relations s'établissent généralement quand l'alchimiste est prêt à produire de la poudre à canon et du savon pour son patron, tout en entretenant l'espoir qu'il va réussir à fabriquer de l'or ou l'Élixir de Vie.

Tous les alchimistes doivent obtenir une licence de l'université qui a assuré leur formation, avant d'être autorisés à pratiquer. Comme ils produisent avec une régularité alarmante des vapeurs toxiques ou des explosions, de nombreuses autorités hésitent à les laisser s'installer dans une zone urbaine, quel que soit le nombre de licences dont ils disposent.

Quelques alchimistes ont abandonné le principe de l'étude du monde naturel et se servent des théories et des symboles alchimiques pour évoquer des questions mystiques. Ils utilisent le langage technique de l'alchimie pour discuter du fonctionnement intérieur de l'esprit, et peuvent pérorer pendant des heures sur "L'Alkaest de l'Expérience Humaine purifié dans l'Alambic de la Destinée" auprès de ceux qui veulent bien les écouter. Ils sont universellement méprisés par tous les autres alchimistes. Dans certains cas, ils deviennent si détestés qu'ils sont accusés de s'être

Source

Warhammer JDR Royaumes de Sorcellerie