Ouvrir le menu principal

Warhammer - Age of Sigmar - Lexicanum β

L'Anguille

Révision datée du 17 août 2008 à 08:38 par Hulrik le Sage (discussion | contributions) (Nouvelle page : Largement connue pour son grand phare, '''l'Anguille''' est une ancienne forteresse de taille considérable et sans rival en ce qui concerne la hauteur. On dit qu'elle aurait été b...)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Largement connue pour son grand phare, l'Anguille est une ancienne forteresse de taille considérable et sans rival en ce qui concerne la hauteur. On dit qu'elle aurait été bâtie par les Elfes, bien avant leur guerre contre les nains et qu'elle serait restée intacte pendant des millénaires grâce à la solidité de la construction et à des sorts puissants. La tour du phare est, sans conteste, la plus haute construction du Vieux Monde. Elle se dresse à 500 m de haut et affecte la forme d'un octogone effilé de 150 m à la base, se terminant par une plate-forme de 50 m au sommet. Toute la construction est faite d'une étrange pierre noire et elle est creusée de tunnels et de salles. Elle est utilisée comme centre administratif de la cité ainsi que comme palais du Gouverneur. Elle abrite aussi le casernement des soldats de la cité. Au sommet, la plate-forme accueille un feu, entretenu en permanence à 25 m au dessus du sommet de la tour.

On peut le voir, au dessus de la Mer Médiane, depuis Albion. On soupçonne qu'il devait servir de phare aux Elfes lorsqu'ils naviguaient vers l'est sur le grand Océan Occidental qui semblait s'étendre sans fin. Le reste de la cité se resserre à l'abri de murs solides. Le Sannez divise la cité. Les berges du fleuve sont occupées par des quais solides pour les grands bateaux en route pour Couronne. L'Anguille, port de commerce important, est tout de même éclipsé par Marienburg dont la position sur le Reik, ouvre l'accès vers le cœur du Vieux Monde. Comme toutes les cités Bretonniennes, l'Anguille est chichement entretenue et la vie, pour la majorité des habitants est dure et sordide. Toutefois le travail est facile à trouver : les quais abritent des douzaines d'auberges où les capitaines de navires viennent enrôler des hommes d'équipages solides, ou engager les services de combattants.

Source