Ouvrir le menu principal

Warhammer - Age of Sigmar - Lexicanum β

Drakwald

La Drakwald est une immense forêt impériale, à l'est de Middenheim, et parfois comptée comme étant une partie de la Grande Forêt. La région est connue pour être inhospitalière, dense et abritant une foule de tribus d'Hommes-Bêtes.


Description générale

Drakwald était le nom d'une des provinces de l'Empire, faisant partie des 12 provinces d'origine, mais cela fut aboli par l'Empereur Mandred le Tueur de Rats, à la suite du règne des Empereurs du Drakwald, règne qui provoqua la perte des Wastelands et de l'important pôle économique urbain de Marienburg. Ce règne fut aussi ponctué d'une grande épidémie de peste en 1111 IC, ainsi qu'une invasion massive de Skavens (qui fut rayée de l'histoire), bien que ce soit encore de notoriété publique aux nobles, aux disciples et aux étudiants d'histoire.

Cependant, d'autres sources clament que la province n'a été enlevée par aucun empereur, mais détruite de l'intérieur à cause des massifs Hommes-Bêtes dans la forêt, qui pillaient constamment les villages et les hameaux de Drakwald. Aujourd'hui, cette zone n'est plus beaucoup habitée par les hommes, et n'est traversée qu'en cas de réelle nécessité (les négociants et les commerçants tendent à traverser la campagne s'ils sont particulièrement pressés d'arriver à destination). Souvent, les bandes d'hommes-bêtes émergent de l'ombre des arbres de la forêt, pour tenter des incursions dans les territoires environnants à la lisière de la Drakwald.[1]

C'est une forêt relativement clairsemée, majoritairement composée de bouleaux implantés sur un sol calcaire. Les terres ne sont donc pas particulièrement fertiles, et contrairement aux autres zones forestières de l'Empire, une très faible portion de la Drakwald a été défrichée pour l'agriculture. Ses plus sombres recoins abritent de nombreuses hardes d'Hommes-Bêtes et leurs arbres des damnés. Les formes torturées de ces derniers sont terrifiantes et des cadavres pendent au bout de leurs branches noircies. Ils servent d'avertissement sinistre à tous ceux qui s'aventurent en ces lieux maudits.

Au nord de la forêt, les sous-bois s'épaississent et les bouleaux font place à de grands pins. Le relief est plus accidenté, parsemé de collines rocailleuses. La route principale qui relie Middenheim à Marienburg traverse ces bois, c'est pourquoi de nombreux bandits y ont installé leur repaire, amassant des butins conséquents en volant les voyageurs.[2]

La Drakwald est célèbre pour ses monstrueux habitants car il s'agit d'un repaire d'hommes-bêtes, de gobelins, d'orques et d'autres horreurs. Les elfes affirment que la raison de cette surabondance de dangers est la quantité extraordinaire de malepierre qu'on y trouve, en particulier dans les recoins les plus sombres de la forêt. Quoi qu'il en soit, c'est l'un des lieux les plus hostiles de tout l'Empire et seules des troupes importantes auraient une chance de survivre à sa traversée.

La Drakwald n'a pas toujours été ainsi. Avant la venue de Sigmar, les tribus teutogens migrèrent dans cette région et combattirent les horreurs des bois, les nettoyant de tous les monstres sanguinaires. Pendant des générations, ces nobles guerriers vidèrent la Drakwald de ses sinistres occupants et en firent un endroit où l'on pouvait vivre en sécurité. C'est pendant ces campagnes qu'Artur, le chef des Teutogens, découvrit la grande montagne où il allait bâtir Midgard, la cité qui deviendrait un jour Middenheim. Les Teutogens qui n'accompagnèrent pas Artur dans cette nouvelle cité restèrent en arrière et établirent des villages dans la forêt avec les Thuringiens, créant la province distincte de la Drakwald.

La vigilance s'émoussa au fil des générations, et au bout d'un temps, les horreurs de la forêt se levèrent à nouveau en nombre, comme engendrées par la terre elle-même. Peu à peu, l'immense Drakwald reprit sa nature périlleuse, engloutissant les terres qu'avaient prises les colons. Les villes qui ne furent pas tout simplement détruites se retrouvèrent coupées du monde, isolées, et on les crut longtemps perdues. Aujourd'hui, il n'en reste qu'une population consanguine, pervertie par les mutations et qui n'a de toute évidence plus rien d'humain. [3]

Source

  1. Hammer Wiki
  2. White Dwarf français n°133
  3. Tome de la Corruption