Ordres Impériaux de Chevalerie

De Warhammer - Age of Sigmar - Lexicanum

Ici sont listés les différents ordres de chevaleries présents dans l'Empire et ses environs.


Les Ordres

L'Ordre des Chevaliers du Soleil

Cet ordre relativement modeste est également connu sous le nom de Templiers de Myrmidia, car ce sont des serviteurs de cette déesse-guerrière estalienne. Son culte était autrefois inconnu dans l’Empire, et ce n’est que par un hasard étrange qu’elle y fut peu à peu vénérée.

Lors des croisades contre l’Arabie, une cinquantaine de chevaliers de l’Empire aidèrent à reprendre le Temple de Myrmidia à Magritta, une des cités portuaires d’Estalie. Lors des combats féroces qui se déroulèrent, un glissement de terrain aussi soudain qu’inattendu secoua l’édifice, duquel se détacha l’imposante statue de bronze de la déesse qui trônait au-dessus des combattants. Elle tomba au sol et se brisa en mille morceaux, écrasant l’émir Wazir le Cruel et une bonne partie de sa terrifiante Garde du Cimeterre Noir. Voyant leur chef aplati de la sorte, l’armée arabéenne battit en retraite, laissant le temple aux mains des chevaliers. On a par la suite longuement débattu pour savoir si la déesse en personne était intervenue ce jour-là en leur faveur, mais pour les chevaliers survivants, cela ne faisait aucun doute.

Lorsqu’ils revinrent dans l’Empire, ils fondèrent l’Ordre des Chevaliers du Soleil et érigèrent un Temple en son honneur au cœur de Talabheim. Bien que certains ne leur accordent que peu de crédit en raison de leur adoration d’une divinité étrangère, les Chevaliers du Soleil n’en restent pas moins des défenseurs inflexibles de l’Empire depuis des siècles, et sont des alliés appréciés à leur juste valeur par les Comtes Électeurs.


L'Ordre de l'Ours Noir

Cet ordre rassemble sans nul doute les chevaliers parmi les plus tapageurs et les plus indisciplinés de tout l’Empire. Les Chevaliers de l’Ours Noir possèdent une forteresse aux frontières de l’Averland, ainsi qu’une commanderie en Averheim même. La proximité des terres hantées de Sylvanie et des Montagnes du Bord du Monde infestées de peaux-vertes donne l’occasion aux chevaliers de prouver sans cesse leurs talents guerriers.

Lors des rares fois où ils n’ont personne à affronter, ils organisent joutes et tournois afin de dépenser leur intarissable énergie (la pratique de la course au halfling leur a cependant été interdite par décret depuis 2402). Ces lices mettent à l’épreuve tous les talents chevaleresques que se doit de posséder selon eux un guerrier, ceci incluant escrime, équitation et beuveries. L’origine du nom de l’ordre est source de débats. La version officielle, appuyée par les chevaliers eux-mêmes, parle d’un chevalier sans le sou mais d’une grande noblesse, qui sauva un jour une jeune pucelle en affrontant un ours à mains nues. Afin de le remercier la jeune fille, qui s’avéra être une riche héritière, lui fit une généreuse donation que le chevalier mit à profit afin de fonder l’ordre et lui donner une demeure en Averheim. D’autres prétendent que cet argent fut donné par la jeune femme en échange de la sauvegarde des sa virginité lorsqu’elle vit le chevalier s’approcher, aussi hirsute que l’ours qu’il venait de vaincre. Toujours est-il qu’en mémoire de cet acte de courage, les tournois organisés par les 'Chevaliers de l’Ours Noir débutent par un combat à mains nues entre leur Grand Maître et un ours, ceci expliquant d’ailleurs les changements fréquents de personnes dans la hiérarchie de l’ordre. Une fois encore, des esprits chagrins s’amusent à propager d’odieuses rumeurs sur les origines du nom de l’ordre, appuyant sur le fait que la Taverne de l’Ours Noir en Averheim est un lieu de dilettantisme très prisé de ses chevaliers.


Les Chevaliers Griffons

Les Chevaliers Griffon sont sans hésitation l’ordre le plus militarisé et le plus discipliné de l’Empire, les manœuvres faisant partie de leur entraînement journalier. Un vétéran de cet ordre est un exemple de discipline et de talents martiaux sur le champ de bataille, capable d’attaquer, de contre-attaquer et de battre en retraite avec efficacité selon les aléas du combat.

L’ordre fut fondé en 2305 par l’Empereur Magnus le Pieux lors de la reconstruction de l’Empire suite à la Grande Guerre contre le Chaos. Magnus fit appel à une centaine de Chevaliers Panthères parmi les plus loyaux et les plus dévoués afin qu’ils le rejoignent à sa cour située à Nuln et qu’ils forment un ordre de templiers dédié à la protection du Temple de Sigmar de la ville. Les Chevaliers Panthères, honorés par cette proposition, acceptèrent et fondèrent l’Ordre des Chevaliers Griffon.

Lorsque la couronne passa à la lignée des princes d’Altdorf en 2429, la demeure de l’ordre fut déplacée vers la Cathédrale de Sigmar de cette cité, afin que ses chevaliers puissent continuer à honorer leur serment de protéger les domaines du dieu-guerrier. Pour cette raison, il existe quelques tensions entre les Chevaliers Griffon et la Reiksguard, chaque ordre percevant l’autre comme empiétant sur ses plates-bandes…

Les Chevaliers Panthères

Chevalierpanthere.jpg
Fondé au milieu du XVIe siècle, l'ordre des chevaliers Panthères a servi de troupe d'élite dans le Middenland. Étant donné son rang il comptait parmi les ordres de chevalerie les plus respectés de tout l'Empire, du moins jusqu'à ce jour.

Dès le départ,les chevaliers Panthères formaient une force efficace, envoyée pour combattre lors des croisades contre l'Arabie aux XVIe et XVIIe siècles, et pour aider à déloger les troupes du sultan qui occupaient l'Estalie. À plusieurs reprises, ils prouvèrent leur valeur, ayant à leur actif plus de victoires que de défaites. Quand ils furent appelés dans le Vieux Monde, ils ramenèrent avec eux un animal fantasique qu'ils utilisent aujourd'hui encore comme mascotte: la panthère.

Une fois les croisades terminées, les chevaliers Panthères s'installèrent au Middenland, servant d'escorte personnelle au graf. En tant que sigmarites. ils furent immédiatement confrontés à une compétition forcenée de la part des chevaliers du Loup Blanc, ulricains convaincus et stricts, ainsi que des middenmarschalls aux ordres du raf. En tant qu'organisation, ils sont régulièrement entrés en conflit avec d'autres factions militaires. Pour réduire les tensions, le graf replaça leur base d'opérations à Carroburg, mais il conserva le chapitre de l'ordre à Middenheim pour servir directement à la défense de la cité.

Au fil des siècles, les chevaliers Panthères ont maintes fois prouvé qu'ils étaient de nobles guerriers voués à la préservation de l'Empire et de ses idéaux. Naturellement, un tel pouvoir s'accompagne d'une richesse et d'un prestige considérables, des aspects que les chevaliers panthères trouvaient tout à fait à leur goût. Quand les affaires politiques prirent une importance primordiale dans cet ordre, la corruption s'ensuivit, ce qui le rendit vulnérable aux infiltrations de cultistes du Chaos. Quand leur corruption fut découverte par une secte de répurgateurs, la honte et la suspicion s'abattirent sur les chevaliers Panthères, et ils y sont encore confrontés aujourd'hui.

Les chevaliers sont tombés dans une telle disgrâce à cause du récent scandale qu'ils surcompensent en se transformant en traqueurs fanatiques de mutants et d'hommes-bêtes. Ils ont un côté extrémiste, désireux à faire régner la pureté raciale au sein de l'Empire, et massacrant tous ceux qu'ils soupçonnent de corruption.

Boris Tödbringer a fini par se fier aux chevaliers Panthères pour qu'ils l'aident dans sa vendetta permanente contre le Seigneur des Bêtes Khazrak le Borgne. Mais bien que des détachements de chevaliers combattent au sein et autour de la Drakwald, il n'est pas rare que les chevaliers Panthères se mettent au service d'un ou plusieurs répurgateurs pour traquer et capturer un mutant particulièrement insaisissable. En fait, les répurgateurs utilisèrent les chevaliers Panthères lors d'un assaut mal préparé contre Luthor Huss, qu'ils croyaient être un mutant et un hérétique à l'époque.

Les chevaliers Panthères se distinguent des autres chevaliers par la représentation d'une tête d'homme-bête qui surmonte leur casque et leurs grands cimiers. Il s'agit là d'un changement par rapport au grand félin tacheté qu'ils portaient autrefois, ce qui n'empêche pas certains de conserver ce motif précis sur leur tapis de selle.

Pour être accepté au sein de l'ordre, un écuyer doit traquer et tuer à lui seul un grand félin des forêts, dont il placera la peau sous sa selle quand il sera adoubé. Par la suite, le chevalier Panthère répartit son emploi du temps entre son service envers le graf et les quêtes privées destinées à anéantir les sbires du Chaos où qu'ils soient.

Les Chasseurs de Sigmar

Les Chasseurs de Sigmar sont un ordre plutôt récent dont l’objectif est de traquer et détruire les poches de résistance chaotique dans la Drakwald.

Il fut fondé par Jerik Wildorn après la Tempête du Chaos, en réponse à la présence accrue d’hommes-bêtes et d’autres abominations dans les bois profonds du nord de l’Empire. Jerik est un pisteur et un forestier hors pair qui a enseigné son savoir aux autres chevaliers-chasseurs. Ils escortent souvent les marchands qui voyagent en ces terres de danger, mais ils passent le plus clair de leur temps à éradiquer le mal qui se tapit au fond des bois. Leur stratégie consiste à frapper fort avant que des bandes ne se rassemblent et ne forment une véritable armée. Leurs attaques préventives ont en tout cas sauvé du pillage un certain nombre de villages isolés.

Les chevaliers-chasseurs passent de longues périodes dans des lieux sauvages, ils doivent donc pourvoir à leur pitance et transporter tout l’équipement dont ils ont besoin. Ils ne savent en effet jamais à l’avance si la traque sera longue ou ardue. Sales et malodorants, les Chasseurs de Sigmar ne sont pas les chevaliers les plus glamour et en groupe, on les confond souvent avec des chevaliers mercenaires. Pourtant, leur combat incessant contre les séides du Chaos est indispensable et il n’est pas rare que la population locale leur offre le gîte et le couvert en remerciement de leur peine.

Le Grand Ordre de la Reiksguard

Fondée durant le règne du Wilhelm, premier Empereur de la lignée des princes d’Altdorf, la Reiksguard recrute parmi les fils de la haute noblesse. Contrairement aux autres ordres, la Reiksguard combat aussi bien à pied qu’à cheval. Dans tous les cas, son équipement est d’une excellente facture. Ses membres sont protégés par des armures de plaques polies et brillantes, et arborent des panaches aux couleurs de l’Empereur Karl Franz.

Les Chevaliers de la Reiksguard sont l’élite des troupes impériales et forment la garde prétorienne de Karl Franz. Beaucoup des Maîtres de l’ordre ont servi en tant que ses gardes du corps personnels, aussi bien à la guerre qu’en temps de paix. Par tradition, le Grand Maître de la Reiksguard porte également le titre de Reiksmarshall, ce qui fait qu’il ne répond qu’à l’empereur en personne en matière de guerre.

Au combat, la Reiksguard forme des régiments imposants afin d’impressionner l’ennemi par ses rangs de guerriers en armures resplendissantes coiffés de plumets rouges et blancs. L’histoire impériale est jalonnée de batailles remportées par une charge décisive ou par un dernier carré héroïque des Chevaliers de la Reiksguard. En dépit de son influence, l’ordre a toujours su rester apolitique, loyal avant tout à l’empereur régnant. Par le passé, cette conduite l’a souvent placé en désaccord avec des ordres moins intransigeants.


Les Templiers de la Lumière Éternelle

Le code d’honneur de cet ordre repose sur les principes de justice et d’équité. Naturellement, la vision qu’en a un noble contraste fortement avec celle du peuple, néanmoins, on ne peut nier que ces templiers ont souvent combattu afin de défendre le faible et l’opprimé. Ce sont les Templiers de la Lumière Éternelle qui ont défendu le village frappé par la peste de Hafbad quand personne d’autre ne voulait le faire. Ce sont également eux qui ont donné leur vie pour vaincre le terrifiant Shaggoth Brakorth dans les Montagnes du Bord du Monde.

Mais en dépit de ces exploits, l’ordre est devenu célèbre pour une raison bien moins glorieuse : il est maudit. Comment cela est arrivé est secrètement consigné dans les annales de l’ordre. Certains chuchotent que les Templiers auraient offensé un dieu lors des croisades en Arabie. Toujours est-il qu’ils sont désarçonnés au moment le moins opportun, que leurs épées se brisent alors qu’ils vont porter le coup fatal, ou que la terre se change en boue ou en sables mouvants sous les sabots de leurs destriers. Seul un membre de cet ordre (Kurt von Tzalza) peut être touché à l’œil par un projectile tiré dans son dos. Seul un Grand Maître des Templiers de la Lumière Éternelle (Sigismund Drak) peut être jeté hors de sa selle, droit dans une charrette emplie de fumier lors du défilé de la victoire à Altdorf, ladite charrette étant la seule située à des kilomètres à la ronde. Seule la commanderie de cet ordre peut être engloutie lors d’un tremblement de terre survenu dans une région à l’activité sismique ordinairement inexistante. Il existe beaucoup d’autres exemples d’un tel manque de fortune. Cependant, les Templiers ne sont jamais à cours de recrues, car la plupart des nobles sont prêts à tout afin de faire partie d’un ordre célèbre, aussi malchanceux soit-il, plutôt que de se contenter d’un autre moins connu.


L'Ordre de l'Épée Brisée

L'Ordre de l’Épée Brisée est ainsi nommé en hommage à Dott Barthos, lequel commandait des chevaliers mercenaires rassemblés pour traquer une bande d’hommes-bêtes du Chaos. Cette dernière avait, durant des mois, terrorisé la région et pillé plusieurs fermes. Leur plus sanglant raid vit trois familles massacrées, une jeune fille enlevée et trois vaches mutilées. Quelque chose devait être fait pour les arrêter.

C’est ainsi que Dott Barthos et ses chevaliers traquèrent les rejetons du Chaos jusque dans la forêt. Un terrible combat s’ensuivit et Dott Barthos engagea Sizlak Vil-sabot, le chef de la harde. Il fut grièvement blessé, mais dans un dernier coup emplit de haine et de rage, il fendit le crâne du chef homme-bête. Son épée se brisa sous la violence du choc, mais cela ne l’empêcha pas de poursuivre de son ire les ennemis restants. Le tumulte de la bataille finit par s’apaiser, et Dott Barthos succomba à ses blessures. Mais il serrait toujours dans son poing le tronçon de son arme.

Les chevaliers survivants formèrent l’Ordre de l’Épée Brisée et jurèrent de pourchasser le mal et de protéger les citoyens de l’Empire. Le crâne de Sizlak Vil-sabot et les fragments de l’épée de Dott Barthos trônent toujours dans la grande salle de la commanderie de l’Ordre.


L'Ordre de la Faux Sacrée

L'Ordre de la Faux Sacrée s’est donné pour mission de patrouiller les routes obscures de l’est du Stirland. Leur histoire est remonte loin dans le passé, mais reste nimbée de mystère car leurs archives sont gardées sous clef. La rumeur veut que l’ordre abrite des lignées à la fort mauvaise réputation. Ce qui est sûr est que ces chevaliers sont d’excellents chasseurs de vampires. Ils traquent et éliminent la menace vampirique ainsi que ceux qui la soutiennent. Leurs méthodes sont à l’image de leurs proies, peu orthodoxes voire tout à fait non conventionnelles. La majeure partie des provinces limitrophes n’ont que du dédain pour ces chevaliers et ils ne sont pas les bienvenus dans leurs villes et auberges. Ce refus n’est pas sans fondement car dans leur empressement à détruire le mal, l’Ordre de la Faux Sacrée a tendance à avoir la main lourde et ne laisse souvent d’un village que des ruines fumantes. Engoncés dans leurs armures de jais et armés de leurs faux rutilantes, les chevaliers de l’ordre que l’on peut croiser à la tombée de la nuit sur les routes du Stirland ont un aspect effrayant. Leur dévouement est pourtant très utile à l’Empire, et leur œuvre empêche la province de plonger dans la noirceur et la corruption.


Les Chevaliers du Sang de Sigmar

Les Chevaliers du Sang de Sigmar ont un passé glorieux. Leur Grand Maître, Hans Leitdorf, n’est autre que le frère du Comte Électeur d’Averland, et ses membres sont recrutés dans toutes les maisons nobles de l’Empire. Le processus de sélection est encore plus long et difficile que dans la plupart des autres ordres, et chaque aspirant doit passer une année à étudier le prêche sigmarite avant d’être interrogé par un conseil de prêtres qui juge de son mérite.


Les Chevaliers de Morr

Engoncés dans des armures noires, ces Chevaliers sont les sombres gardiens de l’Empire, aussi silencieux que la mort quand ils se battent. Lorsque les parents veulent effrayer leurs enfants, ils leur disent que les Chevaliers de Morr viendront les chercher s’ils ne sont pas sages.

Ces templiers sont redoutés pour leur dévotion envers le dieu des morts, et des histoires macabres abondent sur leurs rites d’initiation. Néanmoins, leurs compétences martiales ont sauvé plus d’une fois la vie de leurs alliés, et l’efficacité proverbiale avec laquelle ils moissonnent les vies de leurs ennemis est renommée à travers tout l’Empire.


L'Ordre du Lion d'Or

Cet ordre séculaire a été fondé lors des croisades contre l’Arabie. Un groupe de chevaliers s’était réfugié dans un village du désert après que leur armée eut été décimée lors d’une grande bataille.

Alors qu’ils désespéraient l’un d’eux, Erich von Strommer, décida de leur redonner courage en accomplissant un haut fait d’armes. Afin de leur prouver que leur cause était juste, il partit en promettant de ramener la tête d’un lion, déclarant que s’il réussissait dans sa quête, ce serait alors un signe favorable de Sigmar. Il revint finalement au bout de plusieurs jours, délirant de fièvre, mais tenant contre lui la tête d’un énorme félin.

Voyant cela, ses camarades reprirent courage et en l’honneur de leur compagnon, adoptèrent le nom de Chevaliers du Lion d’Or. Ils s’enfoncèrent dans le désert et finirent par rencontrer une armée alliée et depuis, l’Ordre du Lion d’Or sert loyalement l’Empire et ses armées.


Les Chevaliers Carmins

Fondé par le riche dilettante Frederici Tolscano en 2310, l'Ordre Carmins est une bande de Chevaliers flamboyants et arrogants. Ce n'est guère étonnant puisque ses membres sont exclusivement de riches privilégiés. Pourtant, la fortune n’est pas suffisante pour être admis au sein de l’ordre, lequel a des règles de recrutement très strictes. Les Chevaliers Carmins sont des individus politiquement influents qui peuvent choisir les campagnes auxquelles ils veulent, ou non, prendre part. Leur choix est souvent dirigé vers celles qui présentent le moins de risques et offrent le plus de gloire potentielle. Chaque membre de l’ordre possède une armure laquée rouge vif dont le casque est surmonté d’un cimier tricolore vert, blanc, rouge. La laque appliquée sur l’armure s’écaille aisément durant les combats et requiert de fréquentes applications pour maintenir une apparence rutilante. Les Chevaliers Carmins répugnent à employer le bouclier, considéré comme un instrument défensif de la plèbe, ils préfèrent recourir à une technique secrète de combat à deux épées. L’une d’elles sert à parer, tandis que l’autre assène des coups mortels. En dépit de leur intolérance, les Chevaliers Carmins sont les bienvenus sur tous les champs de bataille car leur science de l’épée est inégalée. Si le Général parvient à supporter leurs récits peu modestes d’après le combat, les Chevaliers sont un atout important pour toute armée de l’Empire.


L'Ordre des Marteaux de Sigmar

L'Ordre du Marteau de Sigmar fut fondé en Altdorf peu après la destruction de la cité de Mordheim. Les diacres zélés de Sigmar encouragèrent les fils des nobles locaux à rejoindre l’ordre naissant. Une fois les effectifs suffisants, les diacres envoyèrent les chevaliers dans les ruines pour y restaurer l’ordre et secourir la foi et les fidèles.

Les templiers de cet ordre sont toujours là où les convictions vacillent, et là où les crânes des hérétiques attendent un coup de marteau, leur arme emblématique et le symbole de leur foi en Sigmar.

Les Chevaliers du Loup Blanc

Les Chevaliers du Loup Blanc son les templiers d'Ulric. Suivant une ancienne tradition teutogen, le grand prêtre doit lever et entretenir une force afin de protéger le temple d'Ulric, défendre sa religion et l'honorer en accomplissant au combat des actes de bravoure. Le grand maître de l'ordre du Loup Blanc obéit à Ar-Ulric plutôt qu'au graf. Mais jusqu'à présent les pouvoirs politiques et religieux de Middenheim ont toujours été en bonne entente. Les chevaliers du loup blanc portent de lourdes armures de plaques, mais partent à la guerre tête nue. Beaucoup arborent une cape en peau de loup et leur arme favorite est un marteau de guerre à deux mains.


Source

GW france Warhammer JDR : Les voies de la Damnation